Internet : après la fibre optique, le Très haut débit

admin3686

Une étude rapportée par Siècle Digital fait état d’une nouvelle technologie appelée Très haut débit qui pourrait, dans les années à venir, remplacer la fibre optique dans la transmission rapide des données. 

Alors qu’elle n’est pas encore totalement maîtrisée, la fibre optique, ce fil de verre ou en plastique qui transmet par la lumière des données importantes grâce à un débit d’information supérieur, est déjà mise en cause par des scientifiques.
Menée par le Dr Martin Lavery, une équipe de chercheurs de l’Université de Glasgow (Royaume-Uni) a réussi à transmettre des données sur une distance de 1,6 kilomètre sans avoir à utiliser un seul câble, rapporte Siècle Digital. « Leur objectif à moyen ou à long terme est de montrer qu’il est possible de créer un réseau capable de transmettre des données très rapidement sans avoir à utiliser la fibre optique », explique-t-on.
Cette nouvelle technologie qui porte également le nom de « Lumière tordue », ou « torsadée », en raison du fait qu’elle s’appuie sur l’utilisation d’une lumière générée en « tordant » des photons, promet même si, explique-t-on, la distance des essais n’est pas concluante.
La nouvelle expérience va conduire les chercheurs à étudier les obstacles qui pourront amenuiser les chances de ce Très haut débit. On évoque, à titre d’exemple, des problèmes météorologiques, car la pluie et d’autres intempéries peuvent nuire à la probabilité des transmissions des données.
Pourtant, à en croire l’étude, c’est un pas très important. Elle estime que la fibre optique qui fait recours au câble et aux travaux importants d’installations coûte cher. Le Très haut débit se présente comme une solution alternative et moins onéreuse. Mais, il faut attendre encore plus de 7 ans pour espérer goûter réellement à cette technologie.
Pour l’heure, la fibre optique est clairement privilégiée par rapport aux autres technologies telles que le réseau satellitaire ou les réseaux mobiles (3G ou 4G), qui ne sont pas écartés mais plutôt envisagés comme solution de transition pour les zones grises, dans certains pays.
Avec le développement des offres numériques multi-services (téléphone, télévision, internet) et la capacité de la fibre optique à gérer simultanément ces services sans perte de qualité, le choix de cette technologie s’impose encore pour plusieurs années.
Quentin Loubou
Source: Adiac-congo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Entrepreneuriat: Congo Web Agency et l'Amid entendent booster les activités des femmes

Partager sur : Facebook Twitter LinkedIn Email Copier lien More
kriss Brochec présidente de l’Amid
Share via
Copy link
Powered by Social Snap