RDC : Les entrepreneurs tech se réunissent pour construire un écosystème qui favorise la réussite de start-ups

Restra Poaty

Le réseau international Congo Business Network a tenu une Session Stratégique sur la Tech sur Cisco WebEx le 14 mars 2020 à 14h00 de Kinshasa. 

Parmi les entrepreneurs tech majeurs de la diaspora et de la République démocratique du Congo qui ont participé à cette discussion figuraient Bonny Maya, fondateur de EMart.cd ; Djo moupondo, PDG de Sodeico Development ; Sidonie Latere, fondatrice de Kobo Hub ; et Noel K. Tshiani, fondateur de Agere Global. 

D’autres entrepreneurs ayant une expertise pointue dans la tech ont également pris part à cette rencontre en ligne qui avait pour objectif d’identifier les moyens pratiques pour créer les bases solides pour faire émerger la tech congolaise dans les domaines prioritaires suivants :

La fintech, l’inclusion financière, l’e-commerce, le mobile money, la blockchain, l’insurtech, les télécoms, la science des données, la visualisation de données, le développement de sites Internet, le développement d’applications mobiles, le digital marketing, la base de données, la cybersécurité, l’identité numérique ou l’ingénierie logicielle.

Un investisseur basé à Londres qui cherchait à découvrir les opportunités d’investissement prometteuses dans les start-ups tech a aussi échangé avec les participants lors de la séance dans laquelle les participants ont abordé les opportunités business à saisir, les obstacles à surmonter dans l’entrepreneuriat, la formation à suivre pour développer l’expertise, les événements tech à participer à Kinshasa ou à l’étranger, les événements spécialisés sur un domaine de la tech à développer en RDC pour construire un écosystème numérique basé sur la substance et non sur le simple bruit et les distractions inutiles.

Les entrepreneurs ont conclu que l’écosystème tech en RDC est à ses débuts et nécessite un travail profond et sérieux dans de nombreux domaines. Parmi les priorités, c’est la création d’une loi qui favorise la création et le fonctionnement de start-ups qui bénéficient d’exonérations fiscales spéciales comme c’est le cas au Sénégal où le gouvernement vient de promulguer une telle loi qui vise à stimuler la création et le démarrage des start-ups, car les jeunes sociétés au début ne peuvent pas être traitées de la même manière par le gouvernement comme les grandes entreprises qui existent depuis des années, surtout lorsqu’il s’agit de payer des impôts pendant les 3 premières années d’activité.

En ce qui concerne la formation, les entrepreneurs ont reconnu qu’ils ont besoin de véritables programmes d’incubation et d’accélération qui peuvent aider les entrepreneurs à développer les compétences requises par le monde réel des affaires dans un environnement surpeuplé et extrêmement concurrentiel comme à Kinshasa, et aussi à l’international. Par exemple, la manière de communiquer efficacement lorsqu’un entrepreneur introduit un produit ou un service sur le marché est une compétence qui doit être développée par de nombreuses start-ups afin d’être efficace dans leurs stratégies marketing qui aboutissent à obtenir des clients payants et à générer des revenus récurrents pour assurer la survie d’un business à court, moyen et long termes. 

De même, la manière de rassembler les documents requis par les investisseurs potentiels, de chercher des investisseurs et partenaires, de pitcher devant les investisseurs fait partie des compétences que les entrepreneurs doivent développer pour que l’écosystème tech du pays se développe et rattrape le niveau actuel d’autres pays tels que l’Afrique du Sud, le Kenya, le Nigeria, le Sénégal et la Tunisie. Il est également nécessaire de créer un réseau de Business Angels en RDC et dans la diaspora, et en même temps, de développer des événements business qui apportent une vraie valeur ajoutée à l’écosystème start-up dans le pays.

Actuellement, de nombreux événements se concentrent uniquement sur les concours en se focalisant sur les personnes qui peuvent gagner un prix sans nécessairement ajouter pratiquement aucune valeur à la croissance et au développement des compétences dont les entrepreneurs ont besoin pour réussir dans les activités commerciales. Enfin, les entrepreneurs doivent développer de véritables solutions tech qui répondent aux besoins de la population locale en se basant sur les besoins réels du marché, ont conclu les participants. 

Le réseau encourage les entrepreneurs à s’inscrire à sa newsletter pour rester informé sur les événements futurs en ligne et en personne à Kinshasa, les publications, et les actualités majeures dans le monde des affaires dans la diaspora et en République démocratique du Congo. 

Congo Business Network est un réseau international des professionnels et des entrepreneurs congolais. La mission du réseau est de connecter les entrepreneurs et de travailler pour que les start-ups développent les expertises pour réussir dans le monde des affaires. 

Restra Poaty pour Congo Digital

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Noel K. Tshiani et Sidonie Latere : « les start-ups tech sont la fondation de l’économie congolaise de demain »

Les entrepreneurs congolais de la diaspora collaborent avec ceux travaillant à Kinshasa pour contribuer au développement de la République démocratique du Congo. Cette collaboration se passe notamment à travers Congo Business Network, qui a organisé la Session Stratégique sur la Tech le 14 mars 2020 sur Cisco WebEx. Zoom Eco […]
Share via
Copy link
Powered by Social Snap