23 septembre 2021

Un réseau social qui paie ses utilisateurs, l’idée concrétisée par Armel Satchivi

Dans le secteur très concurrentiel des réseaux sociaux, les nouvelles plateformes ont du mal à se faire une place. Pour se démarquer, Armel Satchivi, entrepreneur installé en France, a misé sur la rémunération des publications sur son réseau social Polymate.

Polymate est un réseau social ayant la particularité de présenter un fil d’actualité élaboré par les utilisateurs, et prenant en compte la position géolocalisée de ces derniers. L’approche est basée non seulement sur la gratuité du service, mais aussi sur le partage des revenus publicitaires générés. La rémunération est fixée en fonction de l’influence de l’utilisateur, notamment son nombre d’abonnés, nombre de vues, son taux d’engagement. Un utilisateur gagne entre 0,02 centimes et 8 euros par publication.

Armel Satchivi, le cofondateur, est un entrepreneur autodidacte qui a quitté l’école à 18 ans. Il a exercé plusieurs activités, notamment gérant de boîte de nuit, développeur d’application de rencontres, avant de lancer Polymate. Avec son partenaire Frederic, ils sont partis de l’idée que si les réseaux sociaux parviennent à générer des revenus grâce aux données numériques de leurs utilisateurs, il devrait en être de même pour les ces derniers.

« Plus vous aurez d’amis sur la plateforme grâce au parrainage, une formule propre au réseau, plus vous aurez de vues de post, et ainsi vous toucherez une plus grande rémunération »,

apprend-on.

Dans un contexte très concurrentiel dominé par Facebook, TikTok et autres, Armel Satchivi est convaincu qu’en proposant des services innovants et avantageux pour les utilisateurs, il est possible pour d’autres acteurs de se faire une place dans cette économie. L’application 100% mobile fait la part belle aux photos et aux vidéos verticales. Sa première version, lancée en 2018, avait récolté à l’époque plus de 31 000 téléchargements. La deuxième version a vu le jour début septembre 2020.

Comme tout réseau social, Polymate présente quelques restrictions. La plateforme exige les pièces d’identité de ses utilisateurs, un détail qui peut décourager les intéressés. Toutefois, Armel Satchivi assure que ce protocole est à leur avantage, car il permet de mieux rentabiliser les publications. Autre point, l’application ne rémunère pas les anciennes photos conservées dans les appareils, du fait de son fil d’actualité axé sur la géolocalisation en temps réel. Ainsi, seules les photos prises en direct sont rémunérées.

Aujourd’hui, la stat-up compte une trentaine de collaborateurs et totalise plus de 100 000 abonnés. Une cinquantaine de publications en moyenne sont effectuées chaque jour sur le réseau social. Une nouvelle fonctionnalité a été créée pour les entrepreneurs, leur permettant d’envoyer des messages promotionnels ciblés à toutes les personnes se trouvant à proximité de l’entreprise. Lancé en France, Polymate a réussi en moins de 5 ans à séduire rapidement des milliers d’utilisateurs dans plus de 151 pays.

Source : Agenceecofin

Partagez